Le Sri Lanka est un lieu de villégiature en pleine croissance, grâce à ses superbes plages, ses spots de surf et ses parcs nationaux. Mais pour les éléphants captifs du pays, cette augmentation rapide du tourisme ne signifie que plus de souffrances.

maltraitance d'un éléphant
Éléphant battu

Les éléphants utilisés pour des promenades touristiques – qui sont largement annoncés dans tout le pays – sont généralement maintenus étroitement enchaînés et isolés des autres éléphants. Jour après jour, contournées de force sur les mêmes routes encombrées, elles sont souvent épuisées par la chaleur accablante – dès qu’un groupe de touristes décolle, le prochain se lève.

Les humains sont assis au sommet des éléphants dans un howdah , une sorte de siège en métal, attaché au dos délicat des animaux. Les éléphants ont des protubérances pointues et osseuses qui s’étendent vers le haut de leur colonne vertébrale. Ainsi, le poids combiné des howdah, des touristes et du mahout (gestionnaire) peut leur causer des lésions permanentes et atroces.

Ils vivent dans la peur constante du cornac, qui les contrôle à l’aide d’un crochet, un instrument semblable à une lance avec un crochet tranchant qui est couramment utilisé pour les frapper et les blesser.

Les attractions des éléphants qui enchaînent les animaux, utilisent des hameçons et proposent des promenades en éléphant se décrivent souvent comme des «sanctuaires» ou des «orphelinats» ( Millennium Elephant Foundation par exemple ) afin de duper les touristes en leur faisant croire qu’ils sont éthiques.

Que pouvez-vous faire?

Jusqu’à ce que les touristes cessent de payer pour les monter, les éléphants continueront à faire face à l’exploitation et aux abus. Si vous visitez le Sri Lanka, refusez de monter à dos d’éléphants, évitez de visiter les attractions qui offrent ou recommandent des tours à dos d’éléphants et évitez les festivals dans lesquels les éléphants sont défilés. Cela comprend «l’orphelinat» des éléphants de Pinnawala, le zoo Dehiwala et le festival Kandy Esala Perahera.

Si vous connaissez quelqu’un qui visitera le Sri Lanka, partagez-le, s’il vous plaît – plus de gens seront au courant de la cruauté déchirante derrière les manèges à dos d’éléphant, plus tôt celle-ci prendra fin. Avec L’association Peta.